Le futur musée du bagne

Historique

Entre 1864 et 1897, plus de 22 000 forçats ont rejoint "la Nouvelle"... Les transportés devaient doubler leur temps de peine en tant que libéré. La plupart sont restés sur le Territoire, se sont mariés ou ont fait venir leur épouse. Leur descendance forme une partie importante de la population européenne aujourd'hui.

Depuis 1996, l'association Témoignage d'un passé s'efforce se rappeler cette page douloureuse de l'Histoire de notre pays. A travers une exposition permanente à la Boulangerie Guillain, les publics ont pu découvrir les conditions de vie dans le Pénitencier-dépôt, les réalisations de ces hommes et femmes qui ont participé activement à la construction du territoire. Cela nous tient à cœur car cela aborde une partie longtemps enfouie de l'Histoire calédonienne.

Un passé vécu par certains comme honteux, qui devient aujourd'hui un sujet de discussion possible, grâce au temps qui nous en éloigne et à la volonté affirmée de définir les racines du pays.
Aujourd'hui, avec le soutien précieux de la province Sud, un véritable Musée du bagne est sur le point de voir le jour.

Que trouvera t-on dans ce musée?

Ce musée sera constitué d’une exposition permanente dans l’ancienne boulangerie du bagne de Nouville, et d’expositions temporaires dans un bâtiment neuf. Des locaux administratifs destinés au personnel du musée seront également créés.

Le maître d’ouvrage est la province Sud, représentée par la direction de la culture. La conduite de l’opération est assurée par le service construction de la direction de l’équipement de la province-Sud.

Les bâtiments appartiennent à la province Sud et seront mis à la disposition de l’association Témoignage d’un passé qui sera le futur gestionnaire du musée (personnel, collections, expositions…).

Un musée à l'échelle du pays

Le Musée du bagne a été conçu comme un musée introductif à l’ensemble de l’histoire du bagne dans sa globalité en Nouvelle-Calédonie. L’exposition permanente abordera notamment les grands travaux de génie civil réalisés ou les centres concessionnaires dans toute la Nouvelle-Calédonie.

Il sera également traité du personnel de l’Administration pénitentiaire (surveillants, police indigène, médecin, personnel religieux) dont certains ont laissé une descendance en Nouvelle-Calédonie.

Enfin, une place sera donnée aux minorités du bagne (minorités européennes, arabes, kanak, vietnamiennes et indonésiennes).

ARCHIVES DE NOS ACTUALITES